Chemins d’Histoire

Une part d’histoire, c’est exactement ce que j’ai découvert en pénétrant dans ce maquis d’acacias et d’arbustes qui recouvraient les parcelles de ces anciens clos clunisiens. ll faut parfois un déclic pour passer à l’action, ce fut celui-là. Le rêve que j’entretenais depuis des années, de faire du vin avec ma propre vigne, venait de trouver le lieu où il pourrait s’incarner.

La Mollepierre – la pierre dont on fait les meules -, un ancien clos clunisien abandonné après le Phylloxéra, est un petit terroir ancré dans l’histoire. Celle de Cluny et de sa monumentale abbaye bénédictine fondée en 910, qui fut la plus grande église de la chrétienté pendant plusieurs siècles. 

S’il ne reste malheureusement qu’une infime partie du monumental ouvrage, les traces de son influence sont toujours présentes dans le vignoble du Mâconnais dont elle est à l’origine : chemins de campagne qui étaient utilisés pour apporter le raisin à Cluny, murs de pierres entourant les vignes …

Les 3 parcelles du Clos de Mollepierre, en sont un témoignage éclatant. Défricher, replanter de la vigne à flanc de coteaux, restaurer les éléments patrimoniaux de cette part de la France médiévale, c’est un pari un peu fou. Initié par une famille de vignerons pionniers de la culture biologique, je suis très heureux de m’inscrire à mon tour dans cette histoire en rachetant et faisant revivre les deux parcelles restantes du clos.

Il fallait un peu d’imagination pour imaginer de la vigne à nouveau sur ces pentes ensoleillées. Les murets, les « cadoles », les chemins disparaissaient sous une végétation totalement laissée libre depuis plus de 100 ans. C’est un travail de longue haleine qui a permis de redonner vie à ce terroir et faire renaître ces clos clunisiens.

La parcelle du « Bas du Clos » vient être plantée, bientôt la parcelle du « Haut du Clos », située juste au-dessous et séparée de la précédente par ces fameux murs de pierre, accueillera prochainement ses plants. Les vignes jouissent d’une vue exceptionnelle ; par beau temps, elles pourront apercevoir les sommets enneigés du massif du Mont-Blanc !

Beaucoup de parcelles clunisiennes restent à défricher et replanter. Si vous aussi vous rêvez de faire revivre un morceau d’histoire de France, ou si plus simplement vous voulez faire l’acquisition d’un rang de vigne ou faire votre propre cuvée, parlons en ensemble.

Partagez cet article

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin